Jeannine tient les maquettes de Jeannot

pour voir la vidéo :   https://vimeo.com/331575636             mdp: alger

Jeannine tient les maquettes de Jeannot

|fr|
vidéo et installation
vidéo : 16’17 – 16/9 – son – projection en boucle
installation: 124x223x201cm –  tasseaux de bois –  cartons récuperés
banc en bois, vidéo projecteur,
Exposition «Carrefour des Arts, the end of the residency show»,Fondation privée du Carrefour des Arts,
juin 2019

Manipuler une architecture, la retourner, l’ouvrir, y mettre un doigt, la jeter à la poubelle; le fantasme de pouvoir lui faire ça. Prendre une architecture dans sa main. La maquette permet la projection. Mais que permet elle lorsqu’elle est manipulée? La confrontation des deux échelles, celle du modèle réduit et celle du corps, rompt avec cette projection. Comment le décor persiste quand il est pris en main ? Ici, la maquette est remise dans l’espace intime et domestique où elle a été construite. Elle est un déclencheur d’histoire, de parole. Elle est loin de l’objet neutralisé du bureau d’architecture, elle est empreinte d’affect, d’une vie partagée et d’un long travail quotidien. C’est une ville en carton, comme le dit Jeannine « c’est plein de poussière ». Cette vidéo voulait parler des maquettes de Jeannot, elle est devenue le récit de Jeannine. Jeannine habite l’image, c’est désormais elle le sujet.

|en|
video and installation
video : 16’17 – 16/9 – sound – loop
installation: 124x223x201cm –  wood battens –  cardboards
wood bench , projector
Exhibition «Carrefour des Arts, the end of the residency show»,Fondation privée du Carrefour des Arts,
juin 2019

Manipulate an architecture, turn it over, open it, put a finger inside, pile up in a box : fantazise we could to this to it. Anrchitecture fiting un our hand. Models / mock up enable projection. But what happens when this model is manipulated? Confrontation of the both scales: body’s one and model ‘s one, breaks whith this kind of mental projection. How set remains when it’s taked in hand? Here, model is puted back in domestic place where it was build. It starts story tellings, talks. It’s not anymore the neutral object, it’s an affectiv object, the witness about a shared life and a long daily work. It’s a carboard’s city, as Jeannine says: « it’s full of dust ». This video first aimed to talk about models that Jeannot built; it finally becames Jeannine’s tale. She occupies the image, she’s now the main subject. jj