La Niche

 

La Niche (projet en cours)

La Niche est mon nouveau projet vidéo. C’est une œuvre multiple, un point de rencontre entre divers médiums et plusieurs personnes autour d’une question commune.
La projet à d’abord été soutenu  par la Fondation Privée du Carrefour des Arts pendant une résidence de 2018 à 2019, puis part l’escaut architectures, coopérative d’architectes basée à Bruxelles où les images de la vidéo «La Niche» ont été tournées en octobre-novembre 2019. Plusieurs personnes de l’équipe, parmi les 38 participants, on aussi participer à l’expérience de la Niche.
La Niche est un dispositif vidéo pensé pour accueillir des corps.
Son volume, construit sur le modèle de l’abri pour chien, est une extension de ma pratique vidéo. Elle transpose l’image vidéo en espace physique et part de concepts comme le cadre, le champs, le format vidéo pour créer un volume, des formes, de la matière. Elle est aussi un outils pour filmer, pour fixer ma caméra. « Ca pourrait être un clocher, la caméra pourrait être la cloche »*.
Des groupes sont invités à s’allonger, passer leur têtes dans La Niche et expérimenter l’espace du cadre comme espace à habiter, par la discussion et la construction d’une réflexion collective. « On remplit l’espace mentalement »*. Une réflexion horizontale nait dans un espace verticale.
A l’intérieur, dans l’espace condensé du champs, se construit la discussion. A l’extérieur, dans le hors champs, le corps est étendu. On observe des deux côtés la pensée  devenir une matière. Dans ce laboratoire d’expérimentation des outils de construction de l’image vidéo mais aussi des modes de discussions où le corps, les sensations, l’intime qui agissent en hors champs sont finalement au centre du débat.
On y parle d’architecture et on crée des relations étroites avec elle, on aborde des pensées métaphysiques, des histoires d’amour passionnelles ou impossibles, on construit à plusieurs des définitions organiques, on aménage le contexte, on s’y remémore la découverte d’un corps en trois dimensions, on fait des ponts pour créer de nouvelles images et de nouveaux savoirs.
Une cadreuse de cinéma qui filme en plongée rencontre un plongeur sous-marin et une femme responsable de la plonge dans un restaurant. Comment séduit-on un bâtiment, comment il ou elle nous séduit ? Que représente la profondeur d’un champs, qu’elle soit numérique, agricole ou spirituelle? Quelles sont les architectures qui nous reviennent sans cesse, comme ayant élu demeure dans la pensée collective?
La discussion est le seule élément qui, dans la Niche, construit la narration, l’action et la composition de l’image dans un cadre stricte. « C’est un espace ordinaire dans lequel se passe des choses extraordinaires »*. L’enveloppe extérieur de la Niche est très sensible à son environnement extérieur, elle reflète la lumière et absorbe les couleurs qui l’entoure, comme celles des corps. Sa propre couleur est changeante , elle passe du rose au blanc en fonction de la luminosité extérieure, de l’heure de la journée et des corps qu’elle accueille.
* extraits tirés de la vidéo « La Niche »
collaboratrice à la recherche: Brunella Dana-Allegrini , anthropologue.

 

A venir : la vidéo “La Niche” .